Παρασκευή, 12 Νοεμβρίου 2010

Il était une fois Paris

Au IIIe siècle avant Jésus-Christ, la tribu celte des Parisii s’installe sur l’actuelle île de la Cité. Lutèce est née mais, bien que protégée par le fleuve, elle n’a pas réussi à résister aux Romains qui l’ont conquis en 52 avant Jésus-Christ. Sous la domination romaine la ville est devenue très grande sur la rive gauche de la Seine. Lutèce connaît une période de paix interrompue par les invasions barbares. Puis les Francs, plus forts que les autres, décident de s’ y établir, Clovis en fait la capitale de son royaume en 486.
Sous Charles le Chauve (en 885), Paris résiste contre l’invasion des Vikings qui remontent le fleuve et assiégent l’île de la Cité.
Plus tard sous la dynastie capétienne, la ville a un développement commercial sans pareil. Pendant le règne de Philippe Auguste des ponts relient la rive droite et la rive gauche à la Cité. Même la grande peste (1348) et les insurrections ne réussissent à affaiblir sa puissance. Les guerres de religion (on se souvient du massacre des Huguenots) n’ont pas arrêté non plus le développement économique ni l’explosion architecturale de Paris.
Avec Notre-Dame, l’ Hôtel de Ville, le Louvre et les ponts….le Paris de l’histoire ressemble déjà au Paris actuel et regroupe toute la vie intellectuelle de la France : la Sorbonne remonte au Moyen Age et la prestigieuse Académie Française, fondée en 1635, est encore de nos jours un temple pour les « immortels » (c’est ainsi qu’on appelle les Académiciens).
Sous le Premier Empire l’Arc de Triomphe, voulu par Napoléon pour rendre hommage à la Grande Armée et la place de l’ «Etoile », où convergent dans une parfaite symétrie douze avenues, témoignent de prestige de Paris à cette époque.
Après la première guerre mondiale, les Années Folles où Paris devient la ville des artistes.
Aujourd’hui encore, c’est Paris qui dicte la mode, qui donne le ton et qui, malgré les lois sur la décentralisation, dirige et détient tous les pouvoirs……


Corrigez les phrases suivantes :
1. La tribu gauloise des Parisiens……
2. La ville qui est née s’est appelé Lutèce.
3. Sous la domination capétienne la ville est devenue très grande sur la rive droite de la Seine.
4. La grande peste a réussi à affaiblir sa puissance.
5. Les Académiciens s’ appellent les «mortels».


Après avoir lu ce texte, reliez les elements des deux colonnes :
1. Sous Charles Chauve                                          a. Paris devient la ville des artistes
2. Pendant les geurres de religion                             b. ...a été créee au Moyen Age
3. Clovis                                                                 c. Paris résiste contre les Vikings
4. Pendant les Années Folles                                   d. en fait la capitale de son royaume
5. La Sorbonne                                                       e. on a massacré les Huguenots
6. La période des Années Folles                              f. convergent douze avenues
7. A la place de l’ «Etoile»                                      g. se situe après la première guerre mondiale.

Mots croisés


HORIZONTALEMENT: -1. Άφωνο μεσημέρι - 2. Άμμος - 3. Ζουν στη θάλασσα -
- 4. Ο αριθμός δύο - -5. Δύο σύμφωνα - 6. Το χρώμα της θάλασσας (θηλ.) - 7. Αόριστο θηλυκό άρθρο - 8. ……..France η γαλλική αεροπορική εταιρεία —
9. Comment ………va ? - 10. Μια ζεστή εποχή - 11. Μισό «χθες» - 12. Tu …….. appelles comment ?(χωρίς απόστροφο) - 13. Παραλία - 14. Είναι η Κρήτη - 15. Αρχή σχολείου - 16. Δικό τους - 17. ……..joue au tennis (γ’ εν. προσ.) - 18. Συνοδεύει θηλυκά ουσιαστικά - 19. Κύματα - 20. Νερό - - 21. Υποθέτει - 22. Ταξιδεύω στη θάλασσα (απαρ.) - 23. Το βοηθητικό ρήμα «είμαι» στο απαρέμφατο - 24. Τραβώ, σέρνω - 25. Κατάρτι - 26. Δική μου - 27. Αφρός - 28. Απ’ αυτό είναι φτιαγμένη η βάρκα της ιστορίας μας - 29. Γεμάτος - 30. Είσαι (β’ εν. προσ.)

VERTICALEMENT: -1.Το 16ο γράμμα της γαλλικής αλφαβήτου - Β. Γλάρος - Βα. Ο αριθμός δέκα – Βb. Λάμπει στον ουρανό το καλοκαίρι - Βc. Jean - Jacques a 11………. - C. Τα σύμφωνα του ξύλου - Ca. Καράβι - Cb. Συνώνυμο του “attaché” - 3. Αγαπούσαν πολύ τον Jean - Jacques - Cc.Θάλασσα - Cd.Το επάγγελμα του Jean - Jacques - D.Αόριστο αρσενικό άρθρο - Da.Έχω (α’ εν. προσ ) - Db. Αστραπή - Dc. ……….sont grecs - 11. Αρσενικό οριστικό άρθρο - Dd. Je vais …...Canada - F. Άνεμος – 18. Il ……… gentil - Fa. Αγαπώ (γ’ εν. προσ ) - Fb. ………… ou Faux ? - G. Τα φωνήεντα του «τίποτα» - Ga.Συγκινημένος - Gb. Απαραίτητο σε μια βάρκα - J. Δικά σου - 23. Έτσι αρχίζει η αλφαβήτα - 25. Συνεχόμενα στ’ αλφάβητο.

*Αυτό το σταυρόλεξο συνοδεύει την ιστορία "La barque de Jean-Jacques"

Πέμπτη, 11 Νοεμβρίου 2010

La Barque de Jean-Jacques

Un petit garçon, de 11ans, qui s’appelle Jean-Jacques vit avec son grand-père sur une île verte et ensoleillée. Ils habitent dans une cabane marron, au bord de la mer. C’est le petit garçon le plus joyeux de l’île. Il n’a rien à lui, sauf une barque de bois. Cette barque est sa fierté. Elle est rouge et noire et elle a un mât de dix mètres.
Tous les soirs Jean-Jacques l’attache devant sa cabane et tous les matins la détache et la pousse jusqu’à la mer. La barque l’emmène toujours vers des endroits
pleins de poissons. Alors Jean-Jacques chante et les dauphins sautent autour de lui pour l’écouter.
Les dauphins aiment beaucoup Jean-Jacques. Et si la mer est trop agitée, ils poussent sa barque pour l’aider à naviguer.
Les mouettes aussi aiment Jean-Jacques car il partage avec elles le poisson qu’il pêche. Et si Jean-Jacques se perd un peu sur l’eau trop bleue, elles l’aident à retrouver son chemin.
À son retour, Jean-Jacques est très content, car il rapporte du poisson à manger, des histoires à raconter et de la joie à partager. Alors son grand-père, ému, le remercie et Jean-Jacques dit :
« Je n’y suis pour rien. C’est grâce à ma barque, tout ça. »
Mais une nuit de l’été une tempête éclate et la mer se déchaîne. Elle crache des vagues qui sautent vers la plage. Jean-Jacques sort pour protéger sa barque.
Le vent soulève des tourbillons de sable qui lui piquent la peau et les yeux. Impossible d’avancer.
Soudain une vague plus grosse que les autres arrache la barque à son piquet et l’emporte.
Jean-Jacques la voit disparaître dans un éclair, mais il ne peut rien faire.
Le lendemain, le calme revient. Jean-Jacques grimpe dans l’arbre le plus haut de l’île pour tenter d’apercevoir sa barque. Mais autour de lui, il n’y a que de l’eau bleue et de l’écume blanche.
Soudain une mouette lui frôle la tête : «Mouette, je t’en prie, vole au-dessus de la mer et dis-moi si tu vois ma barque !» La mouette s’envole et revient au bout d’une heure. Jean-Jacques croit l’entendre crier : «Jean-Jacques, Jean-Jacques, suis-moi !»
Vite, il court chez Guillaume, un vieux pêcheur : «Guillaume, prête-moi ton bateau. Une mouette a retrouvé ma barque, je dois la suivre !»
Guillaume ouvre de grands yeux : «Pauvre Jean-Jacques, le soleil t’a tapé sur la tête ! Tu veux suivre une mouette ! Et pourquoi pas un crabe ?» Jean-Jacques dit d’impatience : «Je t’en prie, Guillaume !»
«Non, pas question ! répond le pêcheur. Mon bateau n’a pas navigué depuis des années. Tu vas te noyer !»
Jean-Jacques refuse d’écouter Guillaume. Il tire le bateau sur le sable. L’homme veut l’en empêcher.
Mais trop tard ! La mouette était là, au-dessus de lui.
Jean-Jacques la suit en ramant pendant très longtemps. Soudain, il voit sa barque, retournée sur la mer, qui brille comme un soleil. Malheureusement, le bateau de Jean-Jacques n’avance plus :
il est plein d’eau. Jean-Jacques tente de le vider, mais l’eau est plus forte que lui. Le bateau va couler, quand, brusquement, Jean-Jacques a une idée.
Il commence à chanter, à chanter aussi fort qu’il le peut. Les flots se mettent alors à bouger et les dauphins arrivent ! « Jamais je n’ai été si content de vous voir ! » s’écrie Jean-Jacques, soulagé.
Un gros dauphin s’approche de lui. Jean-Jacques monte sur son dos et ils vont jusqu’à la barque.
Les autres dauphins se glissent sous la coque et un, deux, trois… La barque se retrouve à l’endroit !
Jean-Jacques ouvre des yeux ronds : en se retournant, sa barque s’est remplie de poissons !
Le petit garçon sourit : « Ma barque jolie, on dirait que tu as pêché toute seule aujourd’hui ! »
Puis il saute dans sa barque et navigue vers son île en chantant, accompagné par le rire des dauphins et des mouettes.

I. Répondez aux questions :

1. Combien sont-ils les personnages ?
2. Qui sont-ils ?
3. Où vivent-ils ?
4. Qu’est-ce que l’héros fait dans la vie ?
5. Quelles sont ses qualités ?
6. En quelle saison sommes-nous ?
7. Qui aime beaucoup notre héros ?

II. Remets les événements dans l’ordre du texte
a. Puis il saute dans sa barque et navigue vers son île en chantant.
b. Il commence à chanter, à chanter aussi fort qu’il le peut.
c. Soudain, il voit sa barque, retournée sur la mer……
d. Jean-Jacques la voit disparaître dans un éclair, mais il ne peut rien faire.
e. Cette barque est sa fierté. Elle est rouge et noire…..

III. Pour chacun de ces verbes suivants, donne deux mots de la même famille.
a. pêcher  …………………… / …………………..
b. chanter  …………………. / …………………..
c. courir  ………………….. / …………………..
d. naviguer  ………………….. / ………………….
e. ramer  ………………….. / ………………….

IVa. Lisez les mots suivants. Quel est leur point commun ?
bateau, haut, peau, dos, dauphin.
b. Complète les mots suivants avec : au/eau/o après avoir prononcé chacun d’eux.
le gat………. , le rest……rant, la r…..be, une ……range, le chat………., un f………teuil, du ch……c…..lat, un ois……., les ch…….ssures.

V. Complète les phrases avec les mots convenables.
corbeau, nuit, souris, ciel, mer, chocolat, lait, citron, tomate, cerises, nuages, neige.
a. le………….est bleu. d. les………….sont rouges.
b. la …………est blanche. e. la ………….est noire.
c. le……………est marron. f. le…………..est jaune.

VI. Conjugue les phrases suivantes avec leur nouveau sujet :
a. Tu fais du sport ?  Vous
b. Il commence à chanter  Ils
c. J’habite dans une cabane Nous
d. Tu vas voyager en Europe  Ils
e. Jean-Jacques est fier de sa barque  Jean-Jacques et son grand-père

VII. Pour aller plus loin……

a. Quels grands hommes français s’appellent Jean-Jacques et Guillaume ?
b. Trouvez dans le premier paragraphe le titre d’un roman écrit par Stendhal.

Il était un petit navire

Il était un petit navire
Il était un petit navire
qui n'avait ja-ja-jamais navigué
qui n'avait ja-ja-jamais navigué
Ohé, Ohé

Il partit pour un long voyage
Il partit pour un long voyage
Sur la mer Mé-Mé-Méditerranée
Sur la mer Mé-Mé-Méditerranée
Ohé, Ohé

Refrain:

Ohé ! Ohé ! Matelot
Matelot navigue sur les flots
Ohé ! Ohé ! Matelot
Matelot navigue sur les flots


Au bout de cinq à six semaines,
Au bout de cinq à six semaines,
les vivres vin-vin-vinrent à manquer
les vivres vin-vin-vinrent à manquer
Ohé, Ohé

On tira-z-à la courte paille
On tira-z-à la courte paille
pour savoir qui-qui-qui sera mangé
pour savoir qui-qui-qui sera mangé
Ohé, Ohé

(refrain)

Le sort tomba sur le plus jeune
Le sort tomba sur le plus jeune
qui n'avait ja-ja-jamais navigué
qui n'avait ja-ja-jamais navigué
Ohé, Ohé

On cherche alors à quelle sauce,
On cherche alors à quelle sauce,
Le pauvre enfant-fant-fant sera mangé,
Le pauvre enfant-fant-fant sera mangé,
Ohé ! Ohé !

(refrain)

Au même instant dans le navire
Au même instant dans le navire
des poissons sautèrent par par par milliers
des poissons sautèrent par par par milliers
Ohé, Ohé

On les prit on les mit à frire
On les prit on les mit à frire
le jeune mousse mousse mousse fut sauvé.
le jeune mousse mousse mousse fut sauvé.
Ohé, Ohé

(refrain)

COMPREHENSION:
1. BARRE LA MAUVAISE REPONSE:
a. Cette chanson est : moderne / traditionnelle
b. Le protagoniste de l’histoire est : un poisson/un jeune marin
c. Il est menacé d’être mangé par un monstre / son équipage
d. A la fin de l’histoire : il est mangé / il fut sauvé


2. VRAI OU FAUX
a. Un petit navire navigue tous les jours.
b. Il fait un voyage en Atlantique.
c. Au bout de cinq à six semaines, les vivres vinrent à manquer.
d. On tira à la courte paille pour savoir qui sera sauvé.
e. Dans le navire sautent des milliers des poissons.

3. COMPREHENSION ORALE
a. Combien de fois entendez-vous le son {o} (fermé) dans le refrain ?
b. Est-ce qu’il y a d’autres sons {o} dans la langue française ? Donnez des exemples.

GRAMMAIRE
a.Trouvez les adjectifs qualificatifs du texte.
Donnez leur contraire et faites des phrases.
b. Quels verbes sont conjugués au présent ?
c. Quels verbes sont à l’infinitif ? Trouvez-les et conjuguez-les au présent.

POUR ALLER PLUS LOIN
a. Citez les pays de la mer Méditerranée. Comment s’appellent leurs habitants ?
b. Citez les autres « mers » de la France.
c. Citez les villes françaises de la mer Méditerranée.

C'est la rentrée

Aujourd’hui il fait beau et les habitants du royaume font les courses. Habits neufs, chaussures, cahiers bleus, cahiers jaunes, cahiers blancs… La reine Dépêche, lit une liste qui n’en finit plus. La reine, donc, dit à ses sujets: «Allez, allez, on se dépêche, on se dépêche! Les vacances sont terminées! C’est la rentrée! Aidez-moi un peu à préparer l’entrée officielle du Prince Pas-Pressé, à l’Académie supérieure des animaux.» On a donc vêtu Pas-Pressé de rouge et de noir, après avoir bien lissé ses poils marron.
Une fois devant la grande porte de l’Académie, la reine donne quelques conseils au prince avant d’aller gouverner. «Ne parle pas trop à Bavard, le perroquet royal du roi lion, Rugi. À midi, mange bien tes bananes. Ne fais pas de bêtises dans la cour de l’Académie! Ne cours pas, ne saute pas, ne grimpe pas, n’imite pas les hommes ! Et surtout, n’oublie pas…»
La cloche de l’Académie a fait sursauter Pas-Pressé. Il n’a pas donc entendu les derniers mots de sa reine. Aussi, il a crié dans sa direction: «Qu’est-ce que je ne dois pas oublier? Qu’est-ce que je ne dois pas oublier?» Mais le carrosse royal a été déjà loin.
Et toute la journée, Pas-Pressé a eu bien du mal à écouter M. Galop, le cheval, son maître. Il était occupé à se rappeler les conseils de sa reine. «Je ne dois pas oublier… euh… de garder le silence dans la classe, euh… de lever ma patte avant de parler, euh… de tailler mon crayon pour écrire…euh… d’apprendre mes leçons…»
À midi, il est si occupé à ne pas imiter les hommes, à ne pas courir, à ne pas sauter et à ne pas grimper, qu’il en oublie de jouer. Il n’a pas d’amis et s’inquiète.
De son côté, la reine Dépêche n’arrive plus à gouverner. «J’ai mal à la tête», dit-elle à son valet.
À vrai dire, la reine pensait au prince. «Comment va-t-il? Se demandait-elle. Qu’est- ce qu’il fait ?» Désespérée, elle s’est mise à grimper dans les rideaux du palais royal!
C’est Abeille, la bonne fée de l’Académie, qui a tout vu et tout entendu, a décidé d’aider la reine et son fils. Elle a visité d’abord Pas-Pressé.
«Bonjour, Pas-Pressé, a murmuré la fée. Tu peux me confier ce qui te préoccupe?»
– « Je n’ai pas d’amis ici », dit Pas-Pressé.
– Je vois, dit la fée, tu n’as pas encore d’amis ici.
Pas-Pressé a demandé à la fée:
– Tu sais ce qu’elle a voulu me dire de si important, ma reine, avant d’aller gouverner?
– Humm, dit la fée, tu vas le savoir bien assez tôt! Je vais te donner quelque chose.
Et elle s’envole dans le ciel, décroche un rayon de soleil et le ramène à Pas-Pressé.
– Je t’offre en cadeau un rayon de soleil! À travers lui, c’est la reine qui va te réchauffer. Car au palais, elle regarde le soleil chaque fois qu’elle pense à toi.
– Oh! Merci!, dit Pas-Pressé qui aime la chaleur du rayon du soleil sur son cœur.»
La fée visite ensuite la reine au palais.
«Descends un peu de tes rideaux, chère reine. Et sois contente! J’ai demandé à mon ami le soleil de
t’informer chaque fois que Pas-Pressé apprend quelque chose de nouveau à l’Académie.»
Et sur ces mots, le soleil a brillé de toutes ses forces, car à l’Académie, Pas-Pressé a fait un ami.
Le soir venu, la reine Dépêche, a écouté son fils à dire.
«J’ai appris ceci! J’ai fait cela! disait-il, tout heureux.
– Je suis si fière de toi, a répondu la reine. Et elle ajoute: Et surtout, n’oublie pas mon petit trésor que peu importe tes résultats à l’Académie, je suis toujours fière de toi. Car je t’aime gros comme le soleil et toutes les étoiles dans le ciel! Et pour toujours!»

QUESTIONS
1. Qu’est-ce que les habitants du royaume achètent-ils, et pourquoi ?
2. A quoi les sujets doivent aider la reine ?
3. De quelles couleurs on a vêtu Pas – Pressé ?
4. Quels sont les conseils que la reine donne au prince ?
5. Qu’est-ce que Pas – Pressé n’a pas entendu ?
6. A qui il ne doit pas parler ?
7. Comment s’appelle son maître ?
8. Qu’est-ce qu’il doit faire avant de parler en classe ?
9. Pourquoi il s’inquiète ?
10. Qu’est – ce que la reine désespérée fait au palais ?
11. Qui va aider la reine et son fils ?
12. Qu’est- ce que la fée donne au prince ?
13. Pourquoi lui a fait ce cadeau ?
14. Quand le soleil a brillé de toutes ses forces ?
15. Alors, qu’est-ce qu’il ne doit pas oublier le prince ?

EXERCICES

1. Donnez un titre au texte
2 a. Quelle sorte d’animal est Pas- Pressée ?
b. Quelles sont ses caractéristiques ?
3. « C’est la rentrée ! » On est en quelle saison ?
4. « On a donc vêtu Pas-Pressé… » Donnez une phrase synonyme.
5. Trouvez les autres animaux du texte et expliquez leurs noms.
6. Quels noms et quels adjectifs viennent du mot « royaume » ?
7. Expliquez le mot « sujets » du texte et faites une phrase
avec l’autre sens du mot.
8. Quels sont les temps employés dans le texte ? Donnez des exemples.
9. Cherchez les verbes au P. Composé. Mettez-les au Présent.
10. Quelles sont les couleurs du texte ? Mettez-les au féminin.